Aller au contenu

cialis 40mg
viagra super force
Photo

*Renault 16Norev - réf. : 185127 (Blanc 377); 185131 (Bleu Clair 440)


  • Connectez-vous pour répondre.
2 réponses à ce sujet

#1
Titka

Titka

    Troueur de slips

  • Membres
  • PipPipPip
  • 356 messages
La vraie:
Image IPB

Caractéristiques:
Année de production: 1965-1980
Production: 1 845 959

Moteur: 1.6L (83 ch)
Vitesse max: 161 km/h
0-100: 15.4s

Cote LVA: 3 400 Euros


Miniature:
Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB


Notes qualités:

Proportion: 10/10

Peinture: 10/10

Assemblage: 9/10

Extérieur: 8/10

Roues: 8/10

Interieur: 8/10

Moteur: 9/10

Coffre: 8/10

Moyenne: 8.75/10 (Une superbe réalisation de Norev qui vaut largement son prix)

 

Modifié par 20_100, 12 May 2016 - 17:49 .


#2
HEMI-Roku

HEMI-Roku

    Direct moderation is necessary

  • Super Modérateurs
  • PipPipPipPipPip
  • 4551 messages

En 1965, la marque de Billancourt prend un nouveau tournant et lance le modèle R1150, qui deviendra la R16, première berline à deux volumes transformables.

La Voiture de l’Année 1966 n’est cependant pas un précurseur : ses suspensions à barres de torsion à l’avant et à l’arrière, sa transmission aux roues avant ainsi que le positionnement du moteur en retrait de l’essieu existent depuis plus de trente ans chez son concurrent CITROËN. La limousine RENAULT se targue en revanche d’offrir cinq places dans un confort princier, et d’offrir toutes sortes d’options, divisées en trois finitions : Luxe (banquette avant), Grand Luxe (sièges avant séparés fixes et vide-poches central sans couvercle) et Super (sièges avant séparés à dossier réglable, vide-poches accoudoir central à serrure, banquette arrière avec accoudoir central escamotable, éclairage de coffre et capot moteur fermant à clé). Et grâce à son grand hayon, elle fut la première voiture à servir de break, héritant des qualités de son aînée R4, tout en les peaufinant. C’est aussi la première voiture Française à disposer de vitres électriques avant et de phares à iode anti-brouillard (version TS).

La seconde mouture de la R16 corrigera avec brio les défauts de la première version de 1965, en proposant dès le millésimé 1967, sorti en septembre 1966, une planche de bord un peu plus gaie en simili perforé, grille d’aération sur sa partie supérieure en remplacement des volets d’aération. Tableau de bord et volant avec imitation bois, témoin d’usure des plaquettes de freins, starter automatique. La climatisation est améliorée grâce à 2 radiateurs de chauffage, le robinet de chauffage est gradué et un volet mobile remplace la grille sur la tôle d’auvent. Les garnitures de portes bénéficient d’une finition à piqûres verticales et le pare-soleil se prolonge au dessus du rétroviseur. Enfin, un témoin d’usure des plaquettes de freins fait son apparition.

Motorisée à ses débuts par un moteur de 1.5l développant 63 CV, la TS de 1969 monte à 87 CV, augmentant ainsi la vitesse de pointe de 145 km/h à 160 km/h. L’offre s’élargit ensuite avec la TX, à l’équipement royal et au moteur puissant de 93 CV. La calandre est remaniée, et les roues sont empruntées à la mythique GORDINI. La boîte de vitesses à 5 rapports rend les trajets longs enfin supportables, bien que son moteur ne soit pas particulièrement bruyant, ce qui était rare à l’époque.

La tenue de route et la souplesse de conduite étaient sans aucun doute les meilleurs atouts de la R16. Son amortissement bien calibré et offrant un excellent compromis entre confort et rigueur fit merveille sur les routes, mais son freinage n’était pas à la hauteur du reste, de même que son empattement asymétrique, rendant les manœuvres excessives particulièrement dangereuses.

La R16 subit un lifting en 1971, en changeant ses feux arrières « en forme de cercueil » pour des optiques plus conventionnelles, et plus efficaces, et à l’avant, les optiques se dédoublent pour une meilleure visibilité, et un regard plus sportif et agressif.

En 1974, elle reçoit la condamnation centralisée des portes (une autre première pour la 16), ainsi qu’un pare-brise en verre feuilleté, des ceintures de sécurité avant à enrouleur, quatre projecteurs encastrés dans la calandre, des passages de roue chromés, un essuie-vitre/lave-vitre arrière, et un volet aérodynamique chromé à l’arrière du toit, entre autres.

En 1975, elle troquera sa calandre avant en aluminium par une plus légère (mais moins prestigieuse) en plastique noir. En 1977, les feux de recul seront généralisés à l’ensemble de la gamme, et en 1979, les ceintures de sécurité seront ajoutées aux places arrières, et des optiques avant bicolores seront incorporées.

La R16 sera retirée du catalogue en 1981, totalisant 1 845 959 exemplaires produits, et s’illustrant dans bien des domaines, aussi bien dans l’armée, en tant que véhicule officiel de liaison (R16 TL de couleur grise), voiture présidentielle (elle fit la joie de feu Georges Pompidou), ou encore véhicule d’assistance en compétition. Elle sera remplacée par les RENAULT 20 et 30.


 

Image IPB

Image IPB

Image IPB



Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB


#3
911carrera

911carrera

    Transformeur de miniatures

  • Modérateur 1/43
  • PipPipPipPipPip
  • 3791 messages
J'adore cette dernière version !! Vive l'Ardèche :D Il va falloir que je me la trouve. C'est la même qu'a eu mon grand père il y a pas mal d'années déjà...