Aller au contenu

cialis 40mg
viagra super force
Photo

Explication pour faire des dioramas


  • Ce sujet est fermé Ce sujet est fermé
Aucune réponse à ce sujet

#1
Mika

Mika

    Fabricant de diorama

  • Membres
  • Pip
  • 76 messages
A la base c'est pourfaire des dios avec pompiers etc mais il y a pas mal de choses intéressantes pour les debutants !!!!!!


Écrit par Olivier Provost, issu du site arnaudw.com


DIORAMA


.

REFLEXIONS PRELIMINAIRES
Les réflexions préliminaires à l'élaboration d'un « dio » amènent trop souvent le débutant à voir grand et au moment de la mise en œuvre, il va vite déchanter.

L'étude approfondie de votre projet est une phase essentiel et préalable à tout diorama. Une erreur de conception est souvent irrécupérable même par le plus doué des maquettistes. La conception doit tenir compte de plusieurs facteurs :
- la place disponible,
- le sujet à réaliser,
- les capacités techniques de l'auteur,
- les moyens financiers.

Le diorama sera un compromis de ces paramètres.
Pour les débutants, attaquez-vous à quelque chose de simple. Un CCF dans une clairière ou un FPT au bord d'un trottoir avec son matériel armé et quelques servants, peut déjà demander des heures de recherche sur la végétation, le degré de salissure d'un véhicule en service, la conception d'un trottoir…

Tout le temps et l'argent que vous investirez dans la conception et dans les essais de réalisation vous permettra de gagner un nombre d'heures incalculable par la suite ; cela pourra même vous éviter de jeter un « dio » dont la conception bâclée vous aura mené à une impasse de réalisation.
Il reste encore quelques questions à se poser avant de franchir le pas :
- Quelles sont mes capacités techniques ?
- Quelle détermination suis-je capable de mettre dans ce projet ?
- Quels sont les moyens financiers que je consens ?
- De quelle place est-ce que je dispose ?

CHOIX FONDAMENTAUX : ECHELLE, THEME, EPOQUE

En modélisme pompier, nous disposons de deux échelles principales, le 1:43 et le 1:87 (ou HO) bien connu des ferromodélistes. Le 1:24 est possible mais plus confidentiel par manque de véhicules à cette échelle.

La place disponible est ici un facteur déterminant. Pour réaliser une d'AVP simple avec un VSR, un VSAV et un VLI SMUR, on peut faire tenir tout ça sur une surface assez restreinte (30x30 cm). S'il s'agit de réaliser une colonne feu de forêt dans un décor de garrigue ou encore l'installation d'un PMA sur un carambolage, soit vous disposez de beaucoup de place et va pour le 1:43, soit vous n'avez pas cette chance et alors il faut se rabattre sur le 1:87.

Notez bien que cette échelle n'est pas une échelle par défaut, bien au contraire, elle est même plutôt intéressante et parfois plus difficile à réaliser que le 43e.
A titre de référence, une surface de 10x10 m donne au 43° un plateau de 23x23 cm environ et au 87° une scène de 11x11 cm environ. Pour une scène de 50x50 m (cas fréquent pour un AVP ) cela donne 115x115 cm au 1:43 et 60x60 cm au 1:87.

LE THEME:

Il va permettre de rendre votre sujet homogène et crédible. Il va enrichir votre « dio » par un processus constructif organisé, ce que j'appelle le mini urbanisme. C'est primordial pour des scènes urbaines mais également pour des sujets ruraux, la nature n'agit pas au hasard. Ainsi, penser votre thème vous permet une conception rigoureuse et d'éviter une autoroute à 6 voies dans le désert (j'exagère) ou d'avoir une avenue de 10 cm de large (4,30m à l'échelle 1) ou une route de campagne de 30 cm de large (45 m à l'échelle1).
Bien choisir son époque : ça aussi c'est important. Cela nécessite une grosse documentation et seulement celle de nos chers camions rouges. Cela permet d'éviter un téléphone portable en 1950 (j'exagère encore) ou alors un Renault Galion avec portes ouvrant classiquement en 1960 alors qu'elles ouvraient à contre sens de la marche jusqu'en 1962.
Pensez également à la saison. Des arbres avec des feuilles sous la neige, c'est choquant, mais on en voit très souvent.
Pensez au paysage dès la conception. Cela permet de prévoir les pentes et reliefs et donc de modifier les bâtiments en conséquence et nec plus ultra, de modifier les suspensions et l'assiette des véhicules pour compenser toutes déclivités ou accidents de terrain.
Pensez également au fond du décor. Il est parfois décevant de voir des photos d'un sublime « dio » avec comme arrière plan le meuble de grand-mère ou la collection de canevas de madame.

Là, deux solutions :
- Soit vous connaissez un paysage parfait pour tromper le spectateur et vous vous en servez d’arrière plan,
- Soit vous réalisez cet arrière plan sur une toile en fonction de votre dio et alors il faut y penser dès maintenant.

La dernière étape de réflexion est le tracé des premières ébauches. Faîtes des croquis de votre projet, dans tous les sens et tous les axes de vision. Pendant votre temps libre, lâché un peu votre établi et partez à la chasse photo. Montez-vous une photothèque sur tous les sujets qui pourront vous servir. Elles vous serviront pendant vos longues soirées passées à concevoir votre « dio », pensez surtout à tous ces petits détails qu'on néglige trop souvent.

Bon alors, maintenant on sait ce qu'on veut faire. La conception est faîte convenablement. Alors c'est parti, passons aux plans.
C'est la première phase de réalisation, elle permet de vérifier la faisabilité de votre projet. Je vous conseille de faire des plans de masse et des plans de tous les batiments et autres structures prévues. Pour les "dios" de grande taille ( je sais qu'il y en a déjà qui en rêve), je pense qu'une maquette au 1/5 de votre dio n'est pas une perte de temps. Elle permet de visualiser en 3D votre projet et peut mettre en évidence des incohérences, un manque de place ou un mauvais équilibre des points forts du "dio". Pour les plus doués d'entre nous, des croquis en perspective peuvent remplacer avantageusement cette réduction au 1/215.
A titre d'exemple, pour le diorama d'Olivier Bisson, on a revu 5 fois l'implantation des bâtiments (4 fois sur plan et 1 fois après mise en situation à blanc).
Au fur et à mesure de l'avancée de vos plans, prenez des notes sur toutes les questions qui apparaissent, et continuer à compléter votre phototèque en vous concentrant sur les matériaux et les matières (façades, végétation, implantation des éclairages publics, etc)
Une fois tout ce travail fait et bien mine de rien, on est prêt à passer à l'action.

LA STRUCTURE

Pour des dioramas de petites tailles, une simple planche de contreplaqué de 10 mm et 4 baguettes d'angle pour la finition font très bien l'affaire. Pour les dio de plus grande taille, la structure doit être beaucoup plus rigide et donc plus complexe. La base sera toujours une planche qui servira de niveau de référence. Cette planche sera fixée un socle en cornières métalliques pour une stabilité parfaite. on pourra équiper le tout de roulettes. Et maintenant, habillons la planche.

LE RELIEF

Ces techniques sont surtout intéressantes pour les grands dio au 1/43 ou pour les dio au 1/87
La moustiquaire
Une des méthodes les plus courantes pour réaliser les reliefs est l'utilisation de la toile grillagée type moustiquaire. Pour cela, vous confectionnez des profils en bois qui forment des coupes du relief à former. Vous les collez sur votre base en les renforçant avec des entretoises et un fond. Une fois fixés, vous les réunissez avec des bandes de moustiquaire agrafées ou clouées sur la tranche des profils sans les tendre. Préférer la moustiquaire métal moins souple que celle en plastique. Avant de fixer la moustiquaire, pensez à placer les plateformes pour les bâtiments, routes et autres. Une cette première phase stabilisées, passez vos fils électrique si vous mettez de la lumière sur votre dio puis préparez un mélange d’enduit (ou plâtre), de colle à bois (20%) et de peinture marron (gouache). L'enduit doit être suffisamment épais pour ne pas passer au travers du grillage mais assez liquide pour être appliqué au pinceau. La colle à bois dans le mélange permet que l'enduit soit moins cassant. Quand toute votre surface est couverte et avant séchage, si l'aspect est satisfaisant, recouvrez l'enduit de bande de papier journal badigeonné de colle à bois fortement diluée. on obtient ainsi une meilleure tenue du terrain. Une fois sec, on obtient une base très solide et légèrement élastique en surface. on peut alors passer une nouvelle couche d'enduit puis de colle blanche pour obtenir l'aspect final de la surface. on obtient ainsi un relief léger, solide et pas cher.
Le polystyrène
Le principe est le même. Avec des morceaux de polystyrène empilés, on forme le relief désiré et on colle ces blocs. Ensuite, on recouvre le tout d'une feuille de papier journal imprégnée de colle à papier peint. Une fois sec, on enduit le tout au pinceau et on passe pour finir une couche de colle à bois. Les reliefs ainsi formés sont plus légers mais le problème du polystyrène est qu'en plus de mettre des petites boules blanches partout à la découpe, il ne supporte pas bien les contraintes. Il est difficile d'y planter des poteaux ou des arbres.
Il existe d'autres matériaux d'isolation qui pourraient faire l'affaire mais leur prix est prohibitif.

LA REALISATION DES ROUTES

Rien de plus facile si l'on n'oublie pas quelques fondamentaux.
Une route « normale » a une largeur d'au moins 7 m soit 8 cm au 1/87 et 16 cm au 1/43. Un bon moyen de vérifier est de placer 2 camions côte à côte et vous n'aurez même pas à mesurer pour vérifier que votre route est assez large. Dans les virages, pensez à élargir les routes.
Pour reproduire une route, il n'y a pas que la chaussée, il y a aussi les bas côtés avec les fossés de nos chères campagnes. Pour une route de 16 cm de large, ajoutez 8 cm de bas côtés de chaque côté.
Le tracé doit être réaliste. Evitez une 4 voies avec des épingles à cheveux. Votre plateforme ayant été intégrée au relief, fixez votre route réalisée en contreplaqué de 10 mm en laissant de la place pour les fossés. Pour les petites routes, je place au centre une bande de carton de 2 à 3 mm d'épaisseur, cela rendra l'aspect bombé. Ensuite avec le fameux mélange enduit, colle, peinture (gris moyen) on enduit le tout, idem pour les bas côtés avec de la peinture marron. Quand c'est sec, on ponce pour éliminer les irrégularités.
Pour le 1/43 je représente le goudron avec de la toile émeri (grain 200). Si votre toile est plus petite que le dio, ne faite pas de joints droits mais essayez plutôt de représenter les raccords de goudron de façon irrégulière comme dans la réalité. Puis on passe à la peinture.
Pour le 1/87, on passe directement à l'étape de peinture sans toile émeri. En effet, la granulométrie du bitume devient inexistante quand on la divise par 87.
Pour les bas côtés, faite comme pour les chemins
Ensuite, selon le type de route, ajoutez des balises, des glissières de sécurité, des panneaux et enfin vous pouvez ouvrir la circulation.
Pour les chemins de terre, voici une idée. Après l'avoir intégré dans le relief avec une planche, enduisez le de plâtre teinté mais sans colle. Pour parfaire le rendu, après un petit temps de séchage mais avant que le plâtre soit dur, faîte passer un camion dessus pour réaliser des ornières. Penser à creuser quelques nids de poule. on peut également avant séchage floquer avec du gravier super fin. Pour ça je vous conseille la litière pour chat que l'on peut passer au mixer à volonté (achetez vous un petit mixer, n'utilisez pas celui de madame, je ne veux pas d'ennuis). L'absence de colle dans l'enduit va faire qu'il va légèrement craqueler en surface en renforçant l'aspect irrégulier. Une fois sec, une peinture classique avec lavis et drybrush vous donnera un chemin parfait pour une promenade .

LA VILLE

Pas de ville sans rue. Encore un sujet qui cache son lot de problèmes et d'erreurs. Là encore un plan précis s'impose, en commençant par le centre d'intérêt du dio. Le reste de l'urbanisation doit tenir compte de plusieurs facteurs:
- Ne pas noyer le sujet principal. Pour cela, les bâtiments avoisinants doivent être plus petits, essayez de dégager au moins un point de vue qui mènera le regard du spectateur à l'essentiel, à lui ensuite de fouiller les détails.
- Réalisez des rues de largeur cohérentes, évitez les intersections à angle droit type ville américaine (manque de dynamisme dans le rendu).

LES BATIMENTS:

Pour le 1/87, il existe de nombreux modèles chez les fabricants. A vous de faire votre choix.
Au 1/43, c'est le désert, ou presque. Il va donc falloir fabriquer vos bâtiments vous même. Tout est alors possible, la construction peut se faire en carton plume, en plasticard et tout autre matériau qui vous intéresse. C'est le détaillage qui va vraiment titiller votre imagination et vote créativité, comme par exemple réaliser un crépi avec de la toile émeri, des pierres d'angle au papier Canson, etc...
Pour finir vos rues, pensez au marquage au sol, lignes, passages piétons, stationnements, etc...
Si vous vous lancez dans un grand diorama, faîtes attention, vous représentez de façon statique un endroit très vivant (une ville ça bouge). Donc pour éviter l'immobilisme (des voitures par exemple) justifiez leur position statique par un embouteillage, des stationnements, une file d'attente pour cause de travaux. Évitez les voitures seules au milieu d'une avenue, elle va y rester des années. Pour les personnages, même s'ils sont parfois difficiles à trouver au 1/43, mettez en le plus possible, en groupe ou isolés, sur les trottoirs, devant des vitrines, à l'arrêt de bus et sur les passages piétons. Ce sont eux qui vont donner vie à votre dio. J'oubliais, ne mettez pas de socle sous vos figurines, collez les pieds directement sur le dio avec une pointe de cyano.


Avec l'aimable autorisation de l'administateur d'Arnaud et les Minis Sapeurs-Pompiers
Article original

Modifié par Iceman911, 26 March 2007 - 12:43 .